samedi 5 octobre 2013

Articles en vrac 3 : Ib

Troisième article sur le petit jeu indépendant Japonais Ib.
Pour la part, une très bonne expérience, j'avais beaucoup aimé à l'époque (et j'ai toujours énormément !)
Bonne lecture ! :3


Ib

Les jeux indépendants se font remarquer et connaitre grâce à leur originalité. Que ce soit avec OFF ou FEZ, le monde de l'indie game recèle de titres créatifs et artistiques. Mais, malheureusement pour ce secteur du jeu vidéo, il peut être difficile de se faire connaitre. Ib est un de ces jeux qui a du potentiel, et qui mériterait à être plus connu.

Ib, personnage éponyme aux parents paresseux de trouver un vrai nom.


Ib, fillette de 9 ans, accompagne ses parents dans une exposition artistique. Lasse d'attendre ses parents au guichet d'entrée, elle part explorer le musée de son côté. Peintures abstraites, sculptures étranges, installations colorées et mannequins sans tête, les différentes oeuvres exposées la laissent indifférente : à 9 ans, la pauvre Ib n'a pas suffisamment de vocabulaire pour comprendre entièrement les écriteaux. (mais pour ne pas connaitre des mots comme "Abysses" à son âge, elle doit vivre dans une sorte de grotte. Ou alors ses parents la maltraitent en la séquestrant, l'empêchant de ce fait d'aller à l'école, hohoho. Ceci n'est pas drôle.)
Errant dans les couloirs, elle finira devant un bien étrange tableau.

Un bien étrange tableau. Et c'est ici que tout commence.

En effet, après certains détours scénaristiques, la petite Ib est invitée à explorer de glauques mondes peinturlurés, et autres sombres galeries où tout semble plus... Vivant.
Elle y trouvera une rose, qui servira de compteur de vie. Ca y est, vous avez tous les éléments ; Ib est un RPG d'aventure/horreur, fait avec RPG Maker. Et quand ça doit faire peur, ça le fait bien. Votre rose a 5 pétales au maximum, et chaque "piège" la fera se faner, jusqu'à ce qu'il n'y reste plus que la tige. Heureusement, des vases seront placé ici et là pour la revigorer... s'il y a de l'eau dedans.

C'est comme un gif au mur. Sauf que des fois c'est en 3D. Un détour artistique qui "sort du cadre".  :moai1:

Sauf que. Ca a beau avoir du RPG le compteur de vie et la vue du dessus, Ib reste une fillette, dépourvue de tout talent guerrier ou de magie salvatrice. Vous êtes seule contre tous, et pourtant seule contre rien. En fait, Ib se présente plus comme un jeu d'énigmes. Dans chaque salle, il faudra résoudre des problèmes plus ou moins évidents, pour pouvoir progresser toujours plus profondément dans cet étrange musée désormais vide. Pas de gros soucis, cependant : les énigmes sont pour la plus grande partie simples. L'autre partie est par contre très difficile, et si vous ratez un indice, vous pouvez tourner en rond pendant longtemps. Aussi, je ne parlerai pas de la "difficulté" du jeu, car il n'est pas "dur". Il est seulement très inégal. Et c'est son seul défaut.

Ib évoluera dans ces mondes artistiques, et nombreuses seront les portes fermées sur son chemin...

Artistiquement, c'est réussi. Les textures et les personnages dégagent certain style, plutôt vieillot, mais qui apporte à l'univers du cachet. L'univers d'Ib se rapproche de manière assez forte à un univers baroque-gothique, avec ses histoires de petites filles perdues, de roses, de dessins d'enfants, le tout dans cette ambiance malsaine. Les musiques, tout particulièrement, sont un des points forts de l'ambiance du jeu. On y trouvera des musiques d'ambiance inquiétantes, des bruitages de pluie, de pas, comme dans n'importe quel jeu d'horreur scripté. Mais il y a aussi des pistes calmes, mélodiques et romantiques, jouées à la seule guitare. Et ces morceaux, ces études pour guitare dont je ne trouve pas le compositeur ni les partitions, ce sont de loin mes musiques préférées.
J'veux dire, ce jeu est touchant, vraiment. Ib rencontrera d'autres personnes "perdues" dans son périple, et on les verra évoluer, discuter, avoir peur, devenir plus ou moins folles à tourner dans ces couloirs remplis d'ombres et de silhouettes fuyantes.

Garry, un de vos partenaires. Vous êtes visiblement ravie d'être en sa compagnie, et c'est réciproque.

Parlons durée de vie. En connaissant les solutions de toutes les énigmes, et en passant les dialogues, je finis le jeu en 1H. C'est très dommage, mais le jeu est court. J'ai beaucoup bloqué sur certaines énigmes, et je l'ai fini en 4 heures, la première fois. D'autres personnes parlent de 2 à 3 heures pour le finir une première fois. Tout dépend de ces énigmes "trop" difficiles, et du temps que vous passerez à les résoudre.
Et pourtant. C'est court, mais c'est suffisamment long pour qu'on ai une expérience de jeu vraiment riche, et suffisamment court pour qu'on en redemande. Même en connaissant les éléments scriptés (parce qu'évidemment, ils sont très nombreux), le jeu m'arrache toujours quelques délicieux frissons par son ambiance particulièrement travaillée.
Ho, et il y a 5 fins différentes, selon vos choix durant l'aventure. Donc oui; Ib est un jeu qui a une durée de vie correcte, pour un p'tit jeu indé.


"C O M E    I B". J'ai comme l'impression qu'on s'intéresse à moi... é_è'

Le jeu est à la base une production japonaise. Son créateur a commencé en Mi-Juillet 1999, et la version 1.00 est sortie en Février dernier  (2012). On a donc sûrement affaire à un vrai petit projet qui a été commencé, arrêté, reprit, et fini. Je n'ai pas la date de la traduction anglaise, mais apparemment, le jeu a son petit succès. On trouve déjà des tags Ib sur certains imageboard, et c'est même assez productif! Il faut dire que l'univers et les personnages sont tellement attachants... Un bon jeu plein de sentiments, et un bon coup de coeur, pour ma part.

J'vous laisse avec un croquis du site officiel, et un lien de téléchargement vers la version anglaise.
(Ho, et y'a si vous rencontrez un bug, y'a un readme pour les résoudre. Y'a un bouquin en particulier qui bug presque systématiquement, c'est expliqué comment arranger ça. Bon jeu! :3)

Allez-vous vous lancer dans l'exploration de ce musée?

http://www.mediafire.com/?g32xzro2hzua5o3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire